L' État français et le génocide des Tutsis au Rwanda

Agone - EAN : 9782748903935
Raphaël Doridant,François Graner
Édition papier

EAN : 9782748903935

Paru le : 21 févr. 2020

19,00 € 18,01 €
Disponible
Pour connaître votre prix et commander, identifiez-vous
Notre engagement qualité
  • Benefits Livraison gratuite
    en France sans minimum
    de commande
  • Benefits Manquants maintenus
    en commande
    automatiquement
  • Benefits Un interlocuteur
    unique pour toutes
    vos commandes
  • Benefits Toutes les licences
    numériques du marché
    au tarif éditeur
  • Benefits Assistance téléphonique
    personalisée sur le
    numérique
  • Benefits Service client
    Du Lundi au vendredi
    de 9h à 18h
  • EAN13 : 9782748903935
  • Collection : DOSSIERS NOIRS
  • Editeur : Agone
  • Date Parution : 21 févr. 2020
  • Disponibilite : Disponible
  • Barème de remise : NS
  • Nombre de pages : 230
  • Format : H:24 mm L:111 mm E:171 mm
  • Poids : 360gr
  • Résumé : Ni aveuglement, ni erreur, le choix politique délibéré d’une poignée de responsables civils et militaires a été de maintenir le Rwanda dans la zone d’influence française, même au prix du soutien discrètement accordé à un régime ami en train de commettre un génocide. « La réticence des magistrats à mettre en cause des militaires français pour complicité de génocide s’est traduite par le refus, à l’été 2017, d’interroger l’amiral Jacques Lanxade, chef d’état-major des armées en 1994, et son adjoint chargé des opérations, le général Raymond Germanos, au motif que les militaires sur le terrain auraient décidé de façon autonome de leur action ou inaction. C’est méconnaître les réalités de la chaîne de commandement, puisque l’amiral Lanxade lui-même explique : “Les forces françaises au Rwanda exécutaient les ordres qu’on leur demandait d’exécuter.” » Vingt-cinq ans après les événements, ce livre rend compte du soutien français aux forces gouvernementales rwandaises avant, pendant et après le génocide des Tutsis. Il revient sur l’ambiguïté de l’opération Turquoise qui, après avoir laissé massacrer plus d’un millier de civils sur la colline de Bisesero, a aussi laissé partir vers le Zaïre les génocidaires – qu’elle a même été jusqu’à réarmer. Aujourd’hui encore, la plupart des acteurs politiques, quel que soit leur bord, continuent de se taire ou de nier l’implication de l’État français dans le génocide. Le combat judiciaire qui continue lui aussi pour rompre ce silence et mettre fin à l’impunité des responsables français et à celle des Rwandais suspectés de génocide – pour qui le territoire français est encore largement une terre d’asile – rencontre de nombreux blocages, parfois au coeur même de l’État.
Haut de page
Copyright 2019 Cufay. Tous droits réservés.