par page
  1. 1
  2. ...
  3. 7
Identifiez-vous pour consulter vos prix remisés et commander
  1. Le laboratoire mathématique de Nicolas de Cues

    Jean-Marie Nicolle Collection : Le grenier à sel
    EAN : 9782701022741
    Beauchesne | Grand Format | Paru le 19/01/2020 > Voir le résumé

    Nicolas de Cues fait partie de ces philosophes qui n'hésitent pas à confronter leurs thèses aux données de la science. Cherchant à démontrer la puissance de son principe appelé "la coïncidence des opposés", il s'est lancé dans une recherche mathématique pour résoudre le problème de la quadrature du cercle, rédigeant en quatorze ans une douzaine de traités sur la question. Cependant, à la lecture de son oeuvre, de nombreuses questions se posent : Quelle est la nature des objets mathématiques ? Sont-ils des essences indépendantes ou des productions de la pensée humaine ? Quelle est la fonction des objets mathématiques dans la pensée du Cusain ? Sont-ils des illustrations, des analogies, des symboles, des paradigmes ? Comment les mathématiques pourraient-elles préparer à la théologie ? Si une "théologie mathématique" peut faire avancer la théologie, notamment pour penser la Trinité et la Création, des "mathématiques théologiques" sont une catastrophe pour le progrès de la science. Nous nous proposons ici de découvrir les obstacles épistémologiques dans les écrits mathématiques de Nicolas de Cues de façon à montrer comment les définitions théologiques qu'il a données aux notions mathématiques ont pu l'empêcher, malgré lui, de progresser vers la vérité.

    Qté.
    Disponible
  2. La reconquête du sujet

    Philippe Prats Collection : Epistémologie et philosophie des sciences
    EAN : 9782343163956
    L'Harmattan | Grand Format | Paru le 16/06/2019 > Voir le résumé

    Les sciences de l'homme et la science elle-même ont remis en question le statut particulier de l'homme dans l'univers. Il est un état particulier de la matière, un animal sensible possédant une qualité raisonnable. L'homme semble être une "idée obsolète". La psychiatrie freudienne en soumettant le moi à l'inconscient a parachevé cette déconstruction. La pensée contemporaine n'envisage plus l'étude de l'homme que sous son aspect anthropologique, sociologique ou scientifique. Toute réflexion ontologique qui ferait dépendre l'homme d'une dynamique qui lui est propre est rejetée comme appartenant au discours idéaliste. Comment, alors, une science psychiatrique peut-elle exister ? Les psychiatres traitent de la maladie psychique. Ils doivent non seulement affirmer l'existence du sujet, responsable de lui-même et libre, mais ils doivent encore prouver son existence. L'oeuvre d'Henri Ey est emblématique de ces questionnements. Elle propose de renouer avec l'ontologie, pour sortir les sciences de l'homme de leur impasse actuelle, sans pour autant tomber dans un discours métaphysique. Elle n'est pas seulement celle d'un psychiatre, elle est aussi celle d'un philosophe. Si la pensée d'Henri Ey est restée confidentielle, c'est parce qu'il est trop philosophe pour les psychiatres et trop psychiatre pour les philosophes. Il est temps de lui rendre justice.

    Qté.
    Disponible
  3. Théorie de la dictature précédé de Orwell et l'Empire maastrichien

    Michel Onfray EAN : 9782221241752 Robert Laffont | Grand Format | Paru le 08/05/2019 > Voir le résumé

    Il est admis que 1984 et La Ferme des animaux d'Orwell permettent de penser les dictatures du XXe siècle. Je pose l'hypothèse qu'ils permettent également de concevoir les dictatures de toujours. Comment instaurer aujourd'hui une dictature d'un type nouveau ? J'ai pour ce faire dégagé sept pistes : détruire la liberté ; appauvrir la langue ; abolir la vérité ; supprimer l'histoire ; nier la nature ; propager la haine ; aspirer à l'Empire. Chacun de ces temps est composé de moments particuliers. Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l'opinion ; dénoncer le crime par la pensée. Pour appauvrir la langue, il faut : pratiquer une langue nouvelle ; utiliser le double langage ; détruire des mots ; oraliser la langue ; parler une langue unique ; supprimer les classiques. Pour abolir la vérité, il faut : enseigner l'idéologie ; instrumentaliser la presse ; propager de fausses nouvelles ; produire le réel. Pour supprimer l'histoire, il faut : effacer le passé ; réécrire l'histoire ; inventer la mémoire ; détruire les livres ; industrialiser la littérature. Pour nier la nature, il faut : détruire la pulsion de vie ; organiser la frustration sexuelle ; hygiéniser la vie ; procréer médicalement. Pour propager la haine, il faut : se créer un ennemi ; fomenter des guerres ; psychiatriser la pensée critique ; achever le dernier homme. Pour aspirer à l'Empire, il faut : formater les enfants ; administrer l'opposition ; gouverner avec les élites ; asservir grâce au progrès ; dissimuler le pouvoir. Qui dira que nous n'y sommes pas ?

    Qté.
    Disponible
  4. L'identité en questions

    Boubacar Camara EAN : 9782343170060 L'Harmattan | Grand Format | Paru le 24/04/2019 > Voir le résumé

    Le concept d'identité est à l'ordre du jour dans le débat contemporain. Son usage populaire et vernaculaire, faisant obstacle à sa compréhension conceptuelle, nous oblige davantage à y réfléchir afin de mieux la définir et la distinguer. Sans doute, il s'agit non seulement d'un concept flou et fourre-tout, mais aussi les enjeux épistémologiques qu'il comporte sont d'ordre psychologique, sociologique, culturel, religieux, politique, juridique, philosophique, etc. Loin d'être un concept insulaire, l'identité doit être pensée sous l'angle relationnel, car son analyse est indissociable des autres concepts tels que l'existence, l'altérité, la différence, le temps, entre autres. En se dissociant de ces catégories, l'identité ne peut avoir un sens proprement philosophique. Mais ce ne sont pas les seules questions philosophiques que soulève l'identité. Il y a sans doute aussi celles relatives à la culture, à la spiritualité, à la génétique, à la société, à la politique, au droit, qui ont toutes une portée philosophique. Ainsi les identités culturelle, spirituelle, génétique, normative, sociale, politique, nationale, doivent faire l'objet d'une réflexion philosophique, car elles soulèvent plusieurs controverses qui suscitent l'étonnement, le doute et l'inquiétude. Bref, toutes les questions que soulève l'identité se résument à une question principale : qu'est-ce que l'identité humaine ? Les réponses à cette question sont, depuis les origines de la pensée jusqu'à aujourd'hui, des essais de définition en raison de la complexité de la nature humaine que les sociétés, l'histoire, les hommes n'ont pas fini de révéler.

    Qté.
    Disponible
  5. Eloge de la matière

    Gilbert Andrieu Collection : Ouverture philosophique
    EAN : 9782343147000
    L'Harmattan | Grand Format | Paru le 06/05/2018 > Voir le résumé

    Depuis des millénaires, surtout depuis l'avènement de l'écriture, l'homme connaît la vie à travers des mots et des idées qui l'interprètent et lui renvoient une image faussée de lui- même. Nous oublions que l'homme n'existerait pas s'il n'était pas préalablement de la matière. Les idées ne sont qu'une sécrétion de son cerveau et si Socrate craignait de perdre la vue en regardant le monde, nous avons perdu le sens du réel en reniant notre corps. Est-il possible de lui permettre de se faire entendre ? Redonner la parole à la matière que notre forme manifeste est encore possible, même si cela dérange ceux qui ont pris le pouvoir à l'aide de la pensée, que ce soit sur le plan politique ou le plan religieux. L'expérience montre que c'est faisable.

    Qté.
    Disponible
  6. Prédestination de l'Occident

    Guy Pierre Leccia EAN : 9782343138206 L'Harmattan | Grand Format | Paru le 27/03/2018 > Voir le résumé

    L'auteur de cet essai s'attache à montrer, par l'étude des grands penseurs du XVIe et du XVIIe siècle —- Ficin, Nicolas de Cues, Galilée, Pascal, Descartes, Luther, Calvin, Leibniz -—, que l'histoire n'est pas livrée au hasard mais obéit à des déterminismes complexes auxquels l'homme moderne peut d'autant moins échapper qu'il pense, contre maints bons esprits des siècles passés, être libre et voué au bonheur, alors que l'accomplissement sans fin de l'Occident ne peut avoir que des conséquences tragiques. Un livre d'Estienne et Liébault —- L'Agriculture et Maison rustique -— qui parut pour la première fois en 1564 et dont la dernière édition date de 1689 est ici le contrepoint qui permet d'aborder, à travers science, religion, philosophie et hermétisme, les mondes —- Renaissance, Grand Siècle - qui tournent autour de la Maison rustique des mouches à miel dont les chapitres sont reproduits à la fin de l'ouvrage. Les idées de ces mondes, d'où sont-elles venues ? D'ici et d'ailleurs ? D'une procession allant des principes aux techniques, du nombre aux mathématiques utilitaires, du temps cyclique au temps de l'histoire, ce dont témoignerait l'hexagone de cire des abeilles que Kepler tenait pour un archétype ? En recourant à la doctrine de la prédestination, version théologique du déterminisme scientifique, l'auteur entend mettre en évidence le caractère inéluctable du paradigme qui se cristallise à la Renaissance pour rendre manifeste aujourd'hui notre peu de possibles, sinon celui de nous regarder être agis.

    Qté.
    Disponible
  7. Un temps pour mourir

    Nicolas Diat EAN : 9782213705637 Fayard | Grand Format | Paru le 30/01/2018 > Voir le résumé

    Comment mourir ? Comment répondre à nos peurs ? Derrière les murs des monastères, les hommes de Dieu passent leur existence à préparer le grand passage. Peuvent-ils nous aider à comprendre la souffrance, la maladie, la peine et la solitude des derniers instants ? De Cîteaux à Lagrasse, de la Grande-Chartreuse à Solesmes, Nicolas Diat a recueilli les confidences de moines sur la fin de leurs vies. Au fil d'entretiens exceptionnels menés dans huit monastères, au plus près des "fils du silence", nous comprenons que leurs morts ne se ressemblent pas : il y en a de simples, d'heureuses, de belles et de lumineuses, des agonies lentes ou douloureuses. L'auteur raconte le calvaire d'un jeune religieux atteint d'un mal fulgurant, ou d'un chanoine dévasté par sa bataille contre la leucémie, fait le portrait d'un frère dépressif qui a mis fin à ses jours, décrit les morts douces et angéliques des ermites. Si chaque expérience est singulière, les douleurs des moines, en revanche, nous sont familières : ce sont celles de tous les hommes. Porté par une écriture délicate, l'ouvrage de Nicolas Diat aborde avec grâce et sensibilité la question de la mort, en ouvrant les portes des abbayes.

    Qté.
    Disponible
  8. Archéologie de la puissance

    Gwenaëlle Aubry Collection : Bibliothèque d'histoire de la philosophie
    EAN : 9782711628063
    Vrin | Grand Format | Paru le 31/12/2017 > Voir le résumé

    Cette enquête interroge une double mutation : de l'ontologie aristotélicienne de l'en-puissance et de l'acte vers celle, moderne, de la puissance et de l'action ; et du dieu acte pur vers le Dieu tout-puissant. Elle prolonge dans le champ médiéval les résultats de Dieu sans la puissance qui, lisant la Métaphysique d'Aristote à partir du couple conceptuel de la dunamis et de l'energeia, mettait en évidence une pensée oubliée pour laquelle l'être, et le divin, sont à la fois distincts de la puissance et identiques au bien. C'est un tout autre dispositif que l'on analyse ici, à travers cinq séquences qui vont d'Augustin à Duns Scot : la genèse critique de l'attribut divin de toute-puissance révèle une logique d'excès, qui conduit à poser Dieu non plus comme identique, mais comme indifférent ou incommensurable au bien. De ce mouvement procède, à terme, la figure d'un Dieu souverain, principe hors-la-loi de toute loi. Cette construction théologique va de pair avec un geste ontologique qui, l'associant à l'être, modifie radicalement le concept de puissance hérité d'Aristote. De même que la figure du Dieu-Souverain s'oppose symétriquement à celle, aristotélicienne, du dieu-Bien, de même l'ontologie de la puissance, loin de trouver en elle sa source, s'élabore contre celle de l'en-puissance. En mettant au jour cette rupture aussi souterraine que décisive, l'archéologie ici proposée vise à découpler l'arkhè aristotélicienne des effets - notamment théologico-politiques - qui lui sont d'ordinaire attribués, pour en libérer d'autres.

    Qté.
    Disponible
  9. L'amour, voie du bonheur chez Jean Guitton

    Dalia Farah Collection : Ouverture philosophique
    EAN : 9782343135144
    L'Harmattan | Grand Format | Paru le 30/11/2017 > Voir le résumé

    Si le bonheur est cette fleur rare, que tout le monde cherche à acquérir, l'amour est la terre féconde où germe cette fleur. L'amour personnalise et donne à la liberté son sens et son efficacité ; l'amour se renouvelle toujours et donne des mouvements nouveaux et modelés pour un triomphe des valeurs humaines et spirituelles, l'amour fait vibrer les valeurs éternelles et les qualités qui engagent l'homme tout entier, conscience et vie quotidienne dans des sentiers de lumière et de clarté. Mais la question qui se pose aujourd'hui est de savoir si l'amour est encore capable d'apporter le bonheur dans notre vie moderne. Pour essayer d'y répondre à travers la philosophie de Jean Guitton, il nous faut poser d'autres questions ; qu'est-ce aujourd'hui que l'amour ? Quelle est sa place dans la vie des jeunes ? Le monde individualisant de notre société moderne et l'attente de trouver son identité par l'autre font de l'affectivité une finalité de l'existence. La question devient alors : l'amour peut-il être suffisant pour apporter le bonheur au couple et au sein de la famille ?

    Qté.
    Disponible
  10. Philosophie et idéologies trans/posthumanistes

    Gilbert Hottois, Jean-Yves Goffi Collection : Pour demain
    EAN : 9782711627851
    Vrin | Grand Format | Paru le 19/10/2017 > Voir le résumé

    Jusqu'ici, c'est principalement outre-Manche et outre-Atlantique que des philosophes se sont efforcés d'élaborer la nébuleuse trans/posthumaniste en un discours cohérent argumenté prenant en charge des questions indispensables à notre temps et fécondes pour l'avenir. Le transhumanisme n'est pas la pensée d'un seul. Ses idées s'expriment à partir de nombreux champs disciplinaires : médecins, ingénieurs, entrepreneurs, biologistes, philosophes, théologiens, informaticiens, roboticiens, etc. En même temps, il ouvre la voie pour une approche intégrée, unifiée, d'idées autrement éparses et morcelées : de la métaphysique à l'éthique et au politique en passant par des analyses relatives à l'épistémologie, à l'anthropologie, à l'esthétique, aux philosophies de la technique, du langage et de la religion. Est propre au transhumanisme l'accentuation des technologies matérielles qui invitent à repenser l'anthropologie philosophique sous l'angle de la technique. Prendre au sérieux le transhumanisme invite à se méfier également de sa rhétorique technolâtre, prophétique ou commerciale, et des procès faciles et répétés qui lui sont adressés. Loin du court-termisme idéologique et utopiste, le trans/posthumanisme renvoie à la temporalité de l'Evolution ainsi qu'à celle de la science elle-même, empirique, laborieuse, provisoire, invitant à un transhumanisme prudent, patient, persévérant et modeste.

    Qté.
    Disponible
  11. Vérité et sujet

    Alain Badiou, Isabelle Vodoz Collection : Ouvertures
    EAN : 9782213702094
    Fayard | Grand Format | Paru le 10/10/2017 > Voir le résumé

    "Le vif intérêt rétrospectif des séminaires de la fin des années 1980 et du tout début des années 1990, y compris pour moi-même, est d'y lire non seulement la présence de L'être et l'événement, mais la façon dont il affecte mon enseignement, comme si ce dernier était désormais consacré à la présentation, défense et illustration d'un livre, par une sorte de guérilla latérale. Ce qui traverse tout cela est la critique de la catégorie d'objet, portée au point où le but de l'analyse est de valider le concept d'un sujet sans objet. Tel doit être en effet, et c'est ce qui justifie le titre finalement donné à ce séminaire, le sujet dont toute vérité se soutient", A. B.

    Qté.
    Disponible
  12. L'humanité, apothéose ou apocalypse ?

    Jean-Louis Servan-Schreiber EAN : 9782213705286 Fayard | Grand Format | Paru le 29/08/2017 > Voir le résumé

    "Allons-nous tous être emportés par les bouleversements que nous, humains, avons générés sans en mesurer les conséquences ? Ou bien, à l'inverse, nos successeurs ici-bas seront-ils des surhommes, des demi-dieux, à la fois omnipotents et sages ? La nouveauté est qu'il ne s'agit pas d'un fantasme de science-fiction de plus. Ce dilemme est bien réel. Notre XXIe siècle marque une charnière dans la longue histoire de notre espèce. L'enquête effectuée pour ce livre m'a fait comprendre les arguments des optimistes et des pessimistes. Or chacun d'entre eux a des arguments convaincants. Nous avons urgemment besoin d'une vision à plus long terme au moment où nous fonçons ensemble vers un futur opaque dont nos phares n'éclairent pas la route. Je donne aussi la parole à des penseurs de tous horizons, qui explorent, chacun à leur manière, cet avenir commun".

    Qté.
    Disponible
  13. Le philosophe et le langage

    Martine Pécharman, Philippe de Rouilhan, Collectif Collection : Analyse et philosophie
    EAN : 9782711627400
    Vrin | Grand Format | Paru le 02/07/2017 > Voir le résumé

    Douze philosophes se sont réunis pour rendre hommage à leur aîné, le philosophe Jean-Claude Pariente, au chercheur, à l'enseignant, à l'ami. Sans être consacrées à l'oeuvre même, dont la force inventive sera mesurée, en même temps que le style de réflexion qui lui est propre, à partir de l'esquisse de biographie intellectuelle donnée en ouverture, les études ici offertes à Jean-Claude Pariente rencontrent ses thèmes majeurs, dont le plus insistant est celui des problèmes que pose le langage. Ce n'est pas la moindre des vertus de cette oeuvre que sa manière de philosopher librement, en montrant par l'exemple qu'il n'y a aucune obligation de choisir entre philosophie continentale et philosophie analytique, ni entre histoire de la philosophie et philosophie générale, si l'effort de rigueur et de clarté ne se relâche jamais, sans lesquelles il n'y a ni discussion possible ni donc philosophie digne de ce nom. Les textes ici rassemblés témoignent de cet effort constant, et la diversité des thèmes et perspectives, depuis la théorisation des catégories, des idées et des propositions jusqu'à des questions d'éthique et de philosophie politique, en passant par des discussions de logique et de phénoménologie, démontre à sa façon la précieuse liberté avec laquelle se poursuit aujourd'hui la recherche en philosophie.

    Qté.
    Disponible
  14. Oeuvres complètes

    Antoine Destutt de Tracy, Claude Jolly Collection : Bibliothèque des Textes Philosophiques
    EAN : 9782711621347
    Vrin | Grand Format | Paru le 17/05/2017
    Qté.
    Disponible
  15. Le dualisme antiréaliste et semi-empirique de Bernard Vidal

    Fallander Kaltcharel Collection : Ouverture philosophique
    EAN : 9782343120485
    L'Harmattan | Grand Format | Paru le 30/04/2017 > Voir le résumé

    Le dualisme de Bernard Vidal est fondé sur un Etre amorphe, indéterminé. Or, les monismes figent tout. Il faut une porte de sortie vers le multiple. Ici, l'Etre s'analyse en deux hypostases : être-esprit et être-monde selon une métaphore athée du monothéisme trinitaire chrétien. Ces deux hypostases s'imprègnent l'une l'autre donnant le Réel en nous, dont l'esprit de l'homme qui dans ce Réel produit les formes du divers. L'esprit donne forme à la nature, réciproquement la nature donne forme à l'esprit. Il n'y a pas d'en soi derrière le Réel en nous, pas de temps, pas d'espace en soi, pas de Vérité cachée, pas de concept scientifique qui s'imposerait, donc pas unicité du modèle scientifique, ni de but à atteindre en recherche. L'esprit, au terme de sa quête, se trouve lui-même. En effet, il décrit, pour le comprendre, le Réel en nous dans un modèle. Il se rejoint ainsi dans son acte producteur du Réel. Il comprend le Réel, qui est son oeuvre par la mise en formes de l'amorphe, par la détermination de l'indéterminé. Vidal est étudié à la lumière de l'apeiron, l'indéterminé d'Anaximandre, à celle de l'empirisme de van Fraassen, et des théories physiques actuelles contingentes. Sa richesse s'inscrit dans un cadre antiréaliste et semi-empirique.

    Qté.
    Disponible
  16. Lire Vérité et méthode de Gadamer

    Marlène Zarader, Jean Grondin Collection : Bibliothèque d'histoire de la philosophie
    EAN : 9782711627349
    Vrin | Broché | Paru le 30/11/2016 > Voir le résumé

    Pourquoi lire Vérité et méthode ? Parce qu'il constitue l'un des livres majeurs de la philosophie contemporaine ; mais aussi parce que, par les débats qu'il a suscités, il renvoie à l'ensemble de celle-ci. La présente étude poursuit donc un double objectif. Le premier est d'offrir un commentaire de l'intégralité du texte. Il s'agit de le suivre pas à pas, dans sa littéralité, afin d'aider le lecteur à s'y retrouver dans ce livre foisonnant : en comprendre les concepts, apprendre à circuler dans l'ouvrage sans s'y perdre, en identifier les lignes de force. Ce patient travail de déchiffrement est le seul moyen d'éviter les lectures hâtives, qui s'orientent sur ce qu'elles supposent être les "réponses" de l'auteur, sans faire le partage entre ce qui relève d'une analyse des phénomènes et ce qui relève d'une prise de position à leur égard. Le second objectif est de restituer les multiples dialogues indissociables de Vérité et méthode, qu'ils soient intérieurs à l'oeuvre (les philosophes auxquels Gadamer se réfère prioritairement) ou postérieurs à celle-ci (les multiples interprétations et critiques auxquelles cette oeuvre a donné lieu, et qui en constituent comme un prolongement). On espère que ce travail centré sur un seul livre ouvrira quelques aperçus sur l'oeuvre entière de Gadamer, plus largement sur ce courant qu'est l'herméneutique, et plus largement encore qu'il pourrait faire office de table d'orientation dans le champ multiforme de la philosophie contemporaine. L'herméneutique n'y représente qu'une option possible. Mais le fait d'approfondir celle-ci peut permettre d'identifier les autres, en conduisant à mieux comprendre la question avec laquelle tout le XXe siècle a été en débat, et qu'on désigne communément comme celle de la crise de la raison.

    Qté.
    Disponible
  17. Barcelone pense-t-elle en français ?

    Laura Llevadot, Jordi Riba, Patrice Vermeren Collection : La philosophie en commun
    EAN : 9782343096438
    L'Harmattan | Grand Format | Paru le 31/08/2016 > Voir le résumé

    "Les rapports entre philosophes français et catalans sont anciens, et le dix-neuvième siècle a vu se développer les ""voyages philosophiques"". Parmi les plus connus, celui de Victor Cousin en Allemagne. Moins connus, ceux des philosophes exilés qui partirent sous les régimes de persécutions pour trouver en France une terre d accueil et de philosophie. De la même manière, un certain nombre de communards trouvèrent dans la Barcelone révolutionnaire bon nombre de camarades. Ces rencontres se sont poursuivies au vingtième siècle, et la période actuelle vit une nouvelle revitalisation des échanges. Ce livre en est un exemple."

    Qté.
    Disponible
  18. De quoi Dieu est-il le nom ?

    Jacques Croizer Collection : Questions contemporaines
    EAN : 9782343095493
    L'Harmattan | Broché | Paru le 31/05/2016 > Voir le résumé

    "Quand il s'agit d'argent, tout le monde est de la même religion". La réalité est bien différente aujourd'hui. Alors que les néolibéraux tentent de transformer la planète en un immense marché soumis à ses lois propres, de très violentes fièvres religieuses la déchirent au contraire et l'ensanglantent. Pour comprendre comment nous en sommes arrivés là, l'auteur commence par faire la genèse de Dieu. D'un espace culturel à un autre, un fossé d'interprétations, sur l'argent notamment, s'est creusé.

    Qté.
    Disponible
  19. Marxisme et sens chrétien de l'histoire

    Jean Borella Collection : Théôria
    EAN : 9782343094557
    L'Harmattan | Broché | Paru le 30/04/2016 > Voir le résumé

    La doctrine de Marx continue, alors même qu'elle n'a cessé d'être critiquée, de susciter l'intérêt voir l'adhésion d'un nombre croissant d'intellectuels. L'idée d'un "sens de l'Histoire", notamment, nourrit une littérature de recherche et un combat politique importants. Mais qu'en est-il réellement ? A-t-on bien lu Marx ? Jean Borella, qui cherche à tisser des liens entre philosophie et foi chrétienne, travaille dans cet ouvrage à sortir des sentiers battus du marxisme orthodoxe pour mettre en regard les conceptions matérialistes et christiques de l'Histoire.

    Qté.
    Disponible
  20. L'amour-refus

    René Passeron Collection : Ouverture philosophique
    EAN : 9782343084176
    L'Harmattan | Broché | Paru le 31/03/2016 > Voir le résumé

    Ce livre fait suite à Exclamations philosophiques, suivi de Thèmes, publié en 2003, par les soins de l'Université de Paris-1. Fondée sur de nombreux récits, l'exclamation propose ici l'éthique d'un Amour-Refus dont la devise est : "Tu souffres donc je t'aime et je ne tolère pas que tu souffres, donc je prends les moyens de te libérer de ta souffrance". Attitude qui implique une liberté d'esprit, appelée par les problèmes de notre temps. C'est dire qu'allant du conflit entre la Cruauté originelle et l'Aimance fondamentale, pour accéder enfin à la Raison ardente, ce livre développe l'expérience vécue d'un cheminement, - vers la "civilisation du corps", qu'un "érotisme du bien" assure dans le Droit, et magnifie dans l'éthique du respect. La leçon du Surréalisme, poursuivie dans le Surrationalisme de Gaston Bachelard, débouche sur "un parler-vrai" qui peut surprendre le lecteur, mais le respecte absolument. Pour preuve, l'abondance des notes, et le glossaire, situés en fin de volume.

    Qté.
    Disponible
  21. L'unité politique et la diversité

    Bernard Jolibert Collection : Education et Philosophie
    EAN : 9782343085197
    L'Harmattan | Broché | Paru le 31/03/2016 > Voir le résumé

    Comment concilier l'inévitable diversité sociale avec la non moins indispensable cohésion politique ? En onze chapitres centrés chacun sur un thème précis, il s'agit ici d'éclairer les notions courantes qui tournent autour des valeurs permettant à un groupe humain de se constituer, de se maintenir ou de disparaître. Ainsi, en allant des questions les plus générales touchant le lien interhumain à la critique radicale de l'idée même de société, seront analysées, entre autres, les notions d'assimilation, d'exclusion, de ghettoïsation et d'intégration. Pour ce qui est des sentiments qui sous-tendent ce lien, seront alors étudiés la fraternité, la solidarité, la xénophobie, le racisme ou encore le colonialisme. Ces notions, qui sont au coeur du débat sociopolitique contemporain, demandent un peu d'attention si on ne veut pas s'en tenir aux seules polémiques qu'elles aident à entretenir.

    Qté.
    Disponible
  22. Femme, Erôs et philosophie

    Elen Dania Diotte Besnou, Daniel Proulx, Jean-Michel Counet, Michel Cazenave, Collectif Collection : Religions des philosophes
    EAN : 9782806635594
    Eme Modulaires | Broché | Paru le 29/02/2016
    Qté.
    Disponible
  23. Emancipation et révolution biologique selon Habermas

    Adolphe-Dieumerci Boyanga-Bokele Collection : Ouverture philosophique
    EAN : 9782343065168
    L'Harmattan | Broché | Paru le 14/09/2015 > Voir le résumé

    (Re)penser le pouvoir du savoir scientifique c'est surtout se poser la question éthique fondamentale de la place de l'être humain dans la société d'aujourd'hui de plus en plus scientifisée et technicisée. « Qui sommes nous et qui voulons nous être ? ». Cet ouvrage analyse les paradoxes scientifico-technologiques et aboutit à la mise en valeur de l'homme comme irréductiblement animal naturel et culturel. Conscient de sa vulnérabilité et surtout de son pouvoir-être-soi-même, pourquoi l'homme moderne ne devrait-il fonder ses divers modes d'action sur les présuppositions éthico-morales universelles de la co-opération ?

    Qté.
    Disponible
  24. La rhétorique au miroir de la philosophie

    Barbara Cassin, Collectif Collection : Bibliothèque d'histoire de la philosophie
    EAN : 9782711625871
    Vrin | Broché | Paru le 26/08/2015
    Qté.
    Disponible
  25. Le temps des philosophes

    Jean Piwnica Collection : Ouverture philosophique
    EAN : 9782343067759
    L'Harmattan | Broché | Paru le 30/06/2015 > Voir le résumé

    Le temps est une source inépuisable de réflexion et d'inspiration, en particulier pour les poètes, les musiciens, les physiciens et les philosophes. Il intervient en toute chose, à tout propos, et rien de ce qui concerne l'homme ne lui est étranger - son essence, son existence, sa mort. Il n'est dès lors pas surprenant que la mythologie s'en soit emparée pour en faire un dieu redoutable, un serpent à trois têtes, l'insaisissable Kairos. Pas une civilisation qui n'ait personnifié le temps par une divinité et consacré des rites à sa gloire. Divinités et rituels que les religions du livre ont assimilés, s'adaptant à des croyances enracinées dans les consciences obsédées par l'angoisse de la finitude de l'existence. Il était donc naturel que les philosophes, marchent sur les pas de Platon, s'exclamant : "Eh, mais Critias ! Tu me parles comme si je prétendais connaître des choses sur lesquelles je pose des questions, or j'examine avec toi les problèmes au fur et à mesure qu'ils se présentent, parce que je n'en connais pas la solution."

    Qté.
    Disponible
  26. L'enseignement public dans la Révolution française

    Philippe Riviale Collection : A la recherche des sciences sociales
    EAN : 9782343062396
    L'Harmattan | Broché | Paru le 14/05/2015 > Voir le résumé

    Le présent essai n'est pas un travail d'historien ; il s'agit de lire, dans les projets avancés lors de la Révolution française, les données d'un problème actuel et grave. Cependant, il devrait être d'évidence qu'écrire à propos de la Révolution française requiert de la connaître, par une étude directe, une analyse fondée sur les écrits du temps ; et non pas d'émettre une opinion fondée sur, des opinions. La Révolution, à travers les disputes de ses législateurs, a porté très haut la question de l'instruction et de l'éducation des citoyens. La fin misérable de ce moment fondateur a abouti à une institution vouée à satisfaire l'individualisme, celui dont Tocqueville a signalé le péril, après que Benjamin Constant en eut fait la pierre de touche de la liberté des Modernes. L'empire et la Monarchie de Juillet n'ont fait que légitimer l'abandon du grand projet révolutionnaire. C'est de ce projet et des objections qui lui ont été faites qu'il est question ici. J'examine particulièrement les projets de Gilbert Romme et de Michel Lepeletier ; mais plusieurs sont intervenus ; des meilleurs, parmi lesquels Condorcet, Lavoisier, Joseph-Marie Lequinio, aux pires, j'ai cité Lakanal, Daunou, Sieyès. Il n'est pas question ici d'une critique de l'Education nationale ; pas même d'une proposition de réforme de l'enseignement. Mon propos est autre ; non pas intemporel, ce qui entrerait dans la cohue de l'abstraction lyrique, ou autres généralités sur le bien et le mal, l'homme et son oeuvre, la liberté des Modernes et autres banalités. Pour comprendre, il faut exercer notre attention, opérer en interrogeant notre temps aussi, pour surmonter l'aveuglement sur nous-mêmes, qui nous autorise à nous penser sans préjugés, tandis qu'à l'opposé, nous sommes, dans notre paresse intranquille, bien moins conscients de ce que nous voulons, que ne le furent nos prédécesseurs dans la tourmente.

    Qté.
    Disponible
  27. L'âme de la guerre

    François Besset Collection : Ouverture philosophique
    EAN : 9782343052991
    L'Harmattan | Broché | Paru le 30/04/2015 > Voir le résumé

    Laissons-nous guider par les étymologies. Songeons-nous assez que le grec fi eipflvri disait seulement la trêve, et la pax romana, la pacification à la manière de Rome ? L'Antiquité semblait nous avertir de l'illusion d'une paix définitive. Etait-ce par ce constat désabusé de la folie des hommes, ou par crainte que ne se reproduise le mensonge babélien d'une paix totalitaire ? Ilolq.ti o, qu'on traduit par "faire la guerre" est construit sur itâXXw, dont le sens premier est "repousser". Nous sommes instruits de ce qui est véritablement recherché à la guerre (ô rrôXeµoç) : moins s'emparer, dominer, ou ravager, que recréer les conditions d'une distance salutaire et indispensable au jeu des altérités... C'est pourquoi il faut cesser de la juger par défaut, comme l'ont fait les philosophes du droit, l'assimilant à leur fiction de l'état de nature. Nous voulons penser la guerre pour elle-même, lui tenter une psychologie positive, mettre à nu, bien plus que la politique qu'elle relaie, la profonde métaphysique qui l'anime.

    Qté.
    Disponible
  28. Oeuvres complètes

    Antoine Destutt de Tracy, Claude Jolly Collection : Bibliothèque des Textes Philosophiques
    EAN : 9782711621385
    Vrin | Broché | Paru le 27/04/2015
    Qté.
    Disponible
  29. Connaître ce qui est

    Emmanuel Renault Collection : Bibliothèque d'histoire de la philosophie
    EAN : 9782711625741
    Vrin | Broché | Paru le 02/02/2015
    Qté.
    Disponible
  30. Nous-mêmes et la terre

    Philippe Verstraten, Michel Deguy Collection : La philosophie en commun
    EAN : 9782343055183
    L'Harmattan | Broché | Paru le 31/01/2015 > Voir le résumé

    L'idée la plus fausse des temps actuels est d'imposer la technique comme une présence à part entière qui nous remplace dans notre présence au monde et fait croire que "la technologie est l'art d'aujourd'hui". Cette critique pense inversement que le monde doit devenir bicéphale. D'un côté la technique qui objective la matière et l'infrastructure sécurisées et sert de contrastant négatif de notre être. De l'autre l'esprit qui prend en charge la matérialité de l'oeuvre, c'est-à-dire nous-mêmes et la terre, qui n'appartenons pas à la matière. Il faut en ce sens reconquérir notre être sur chacun des secteurs technicisés : astrophysique, génomique, télécommunication, imagerie audiovisuelle... La technique critiquée, devenue présence auxiliaire ou supplémentaire, est dès lors l'occasion de nous révéler comme paysage naturel, oeuvre d'art, incarnation humaine, moeurs, historicité, langue nationale, etc., dans le nouveau cadre planétaire, c'est-à-dire le pacifisme obligatoire et l'équilibre à retrouver entre le mondial et le national. Par exemple, on s'attachera à comprendre que New York n'est pas une ville mais une infrastructure avec des bâtiments morphogéniques. C'est à dé-monstrer, écrirait Deguy. Par contraste, le destin européen consiste à réhabiter nos villes architecturales. Sans culte ni guerre militaire ni aristocratie native, la modernité est la quête d'un nouvel équilibre entre la terre naturelle, la technique et le territoire historique, où nous-mêmes et la terre devenons la finalité de l'être.

    Qté.
    Disponible
par page
  1. 1
  2. ...
  3. 7

Identifiez-vous pour consulter vos prix remisés et commander