L'odeur du sang

L'odeur du sang

Goffredo Parise
Albin Michel
Date de parution : 03/05/2000
Grand Format
Référence : 6062608
EAN : 9782226115904
Journaliste, scénariste, correspondant de guerre, l'écrivain italien Goffredo Parise est une figure atypique de la littérature italienne. Observateur ... voir plus
  • Livraison gratuite
    en France

  • Pas de minimum de
    commande

  • Remises importantes
    sur les manuels scolaires

  • Droits de retour

  • Manquants maintenus
    en commande

  • Réf éditeur : 6062608
  • Collection : Les Grandes traductions
  • Editeur : Albin Michel
  • Date de parution : 03/05/2000
  • Disponibilité : Épuisé
  • Barême de remise : Non scolaire - NS
  • Nombre de pages : 280
  • Format : 22.50 x 14.60 x 2.50 cm
  • Poids : 0.390 Kg
  • Présentation : Grand Format
  • Dewey : 853.914 oeuvres
Description
Journaliste, scénariste, correspondant de guerre, l'écrivain italien Goffredo Parise est une figure atypique de la littérature italienne. Observateur du monde, animé par une constante curiosité, l'auteur du célèbre Abécédaire exprima au fil d'une œuvre hétéroclite l'aliénation moderne et existentielle, le sentiment d'irréalité qui domine la vie contemporaine. De tous ses ouvrages, L'odeur du sang connut une histoire particulière : écrit en 1979 en quelques mois à la suite d'un infarctus, délaissé puis relu par Parise juste avant sa mort en 1986, ce " roman maudit " fut confié au critique Cesare Garboli qui le publia onze ans plus tard.Rome dans les années soixante-dix : au terrorisme d'extrême gauche répond un " terrorisme noir " d'obédience fasciste, la mode est à la liberté sexuelle et à la tolérance amoureuse. Dans ce climat social inquiétant, un couple se livre à une violente introspection. Le narrateur, hanté par l'odeur " doucement nauséabonde " du sang, - odeur de vie, odeur de mort - va devenir le spectateur complaisant de la relation masochiste dont sa femme est la victime consentante. Autour du thème principal du rapport entre les sexes, cette tragédie sur la jalousie, la névrose et la mort, qui puise sa force du caractère " brut " de l'écriture, évoque la lucidité de Moravia, certaines obsessions pasoliniennes tout autant que la crudité de La Confession impudique de Tanizaki.
De la collection
Du même auteur